Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

la bulle s'envole

ce blog est à présent ici : http://elouarnblade.blogspot.fr/


1- Mon journal de tintin

Mon père avait déjà presque tous les Astérix et les Lucky Luke... Moi j'avais 2 Tintin. J'aimais vraiment la BD, Mais le début de tout, de ma culture BD, de ma passion, est né avec 

Nouveau-tintin-Couv.JPG

J'avais 6 ans, et je découvrais en direct la publication des Picaros, qui sera le dernier album d'Hergé... J'y étais mon ptit !

Petite histoire du journal tintin...

Le journal est né sous l'impulsion de Leblanc, résistant qui sauva Hergé de l'infâmie. Le journal parait le 26/09/46, avec Le temple du soleil, Blake et Mortimer, Corentin... Il faut attendre 2 ans avant de voir le journal arriver en France. Les albums paraissent aux éditions du Lombard (du nom de la rue où se situ le journal) créés par Leblanc. Tintin, restera édité chez Casterman.
Les rédacteurs en chef furent Van Melkebeke (46-47), Fernez (47-59), Dehaye (59-64), Greg (65-74), Desclez (74-76) et Duchateau (76-79). Greg et Duchateau étaient scénaristes et ont marqué le journal de l'empreinte de leurs créations. Avec bonheur pour Greg (Olivier Rameau, Luc Orient, Comanche, Bernard Prince...), sans imagination pour APD (Brelan de dame, Hans, pour les meilleures d'entre elles, tirées de séries télé d'ailleurs), mais sans comparaison avec le futur Vernal.
Les auteurs fondateurs furent rejoints dans les années 50 par Tibet, Macherot, Graton, Craenhals, Redding, Uderzo et Goscinny... Dans les années 60 par Greg et ses nègres (Dany, Dupa, Hermann, DeGroot), Vance, Paape, Godard... Dans les 70's par Cosey, Derib, Ferry, Servais, Auclair, Franz, Gimenez, Rosinsky... Dans les années 80, on sombre...
La version française a été arrêtée en 73 (au n°1262), poursuit sous le nom de tintin, l'hebdoptimiste avec une nouvelle numérotation. A partir du n°131, "l'hebdoptimiste" disparait. Le 16/09/75, j'ai 6 ans, parait le nouveau tintin n°1, anciennement n°141 hebdoptimiste. Il est là sous nos yeux. Et chaque semaine, je l'attends encore !!! Le nouveau tintin continu jusqu'en 88. Devient catho avec Tintin reporter, mais renait avec Hello Bédé en septembre 89, pour finir misérablement, dans l'ombre (on se souvient des fins d'(à suivre) et de Pilote) en 93...
L'aventure du journal en Belgique est plus simple, de 46 à 80, on numérote chaque numéro de 1 à 52, on recommence chaque année comme si c'était la première, c'est beau. Pis c'est tout. Les formats, les histoires sont un peu différentes entre les deux pays. Et c'est pas grave, j'ai beaucoup de mal avec l'humour flamand.


Pour ce n°1, le rédacteur en chef était Paul Winkler, et à la rédaction on trouvait Michel Perrin (bon d'accord) et étonnament Yvan Delporte, rédacteur en chef chez Spirou, l'ennemi de toujours !!!

Paul Winkler, après avoir créé le journal de Mickey en 34, Donald en 47, dirigé Opera Mundi, arrive aux commandes du journal à point nommé : il a 77 ans en 75, l'âge limite pour le journal (moi je n'avais pas encore 7 ans !). C'est lui qui aurait inventé le terme "bande dessinnée" en voulant traduire "comics strip".

Les BD sont en ce début, beaucoup américaines, et surtout en provenance d'Opera Mundi : les peanuts de Schulz, Popeye de Segar, Steve Canyon de Caniff, La tribu terrible de Bess, Phil Corrigan, GI SmithNimbus et Felix le Chat.
On trouve des BD d'anciens du journal : Michel Vaillant, Taka Takata, Bob Morane et Cubitus.
Et des trucs en provenance de Pilote : Blueberry, Achille Talon et Lucky Luke. Ca n'a aucun sens !!

Nouveau-Tintin-Pages.JPG
Le lien entre Dargaud, propriétaire de Pilote et tintin est étonnant. La présence de Greg notamment, à la tête de tintin. Et puis, Dargaud se chargea d'éditer en France les BD du Lombard belge.


Petite, toute petite histoire de Pilote...

Pilote, hebdomadaire, parait le 29/10/59. Georges Dargaud achète le titre en 60 et fin 63, invite Goscinny et Charlier à relancer le journal, qu'est sans intérêt. Naissent Asterix, le Petit Nicolas, les dingodossiers d'un coté, et Blueberry, Barbe rouge, Tanguy et Laverdure d'un autre... Et des milliers d'autres choses... Et c'est génial... Arrive 68, et la contestation dans ce journal pourtant ouvert, mais dirigé par un père... que Giraud cherche à tuer... Moebius et Druillet partent fonder Métal hurlant. Gotlib, Mandrika et Brétécher pour l'Echo des savanes... 
Goscinny en a assez. Il lâche l'affaire en 74. Vidal reprend le siège, beaucoup, beaucoup trop grand pour son ptit cul... Pilote est déjà mort. Il devient aussitôt mensuel, fusionne avec Charlie mensuel en 86, redevient Pilote en 88, juste le temps d'agoniser en octobre 89...

On a droit, dans ce premier tintin, à un récit complet, complètement merdique : Boango de Wattman.

-

Ce numéro, même s'il reste madeleinique, n'a rien à voir avec ce qu'il est vite devenu. Les séries étrangères : Sarkozikées. Vivent les bonnes BD franco-belges. Bon, un peu de rital (Corto Maltese qui erre de Pif en (à suivre)), d'espingouin (Dany Futuro), de ricain (Eisner), de polack (Thorgal), de banquiers (Derib et Cosey).

-

Et c'est vrai que le samedi, à l'heure du facteur, en visite dans la maison de mon enfance, j'espère encore mon journal.